Des Activités houataises

 

Sommaire

 

La pêche à la morgate

A 14h00, je pars avec mon père au port, nous montons dans le petit canot. Patrick (mon père) pagaie jusqu'à L'oyat (son bateau). Nous arrivons à bord, il amarre le canot et rentre dans la cabine puis démarre et nous sortons du port.

« On va où papa ?

- A coté de la Vieille (un îlot en face du port). »

Le bateau fait route pendant un quart d'heure.

« Enfin on est arrivés, dis-je, tu sors les turlutes (apats rouges, oranges ou bleus au bout desquels il y a des aiguilles recourbées), je prends la rouge».

Nous les mettons à l'eau.

« Ah ! il y a des touches !... Papa, j'en ai une !

- Monte la doucement et régulièrement. »

Papa prend l'épuisette et la plonge sous la morgate qui est maintenant à la surface. La bête se décroche et crache un jet d'encre noire dans ma figure. Papa rit à gorge déployée.

Nous continuons, il y a de plus en plus d'encre sur le pont.

« On en a eu 90 en 1h00, maintenant, il faut les nettoyer.

- Zut j'ai percé la poche d'encre.

- Adria, tu nettoies le bateau avec le seau d'eau.

Enfin nous rentrons au port, et enfin, très fatigués nous regagnons la maison.

Les oeufs de goéland

«Nous voici au trois îlots pour ramasser des oeufs de goéland. Descendons sur les rochers, attention ça glisse.

- Traversons la plage et montons sur le premier îlot.
- Damien, tu vas tomber.
- Là ! un nid de trois, il n'est pas bon, cassons les.
- Attention ! Jonathan les goélands nous attaquent.
- SPLATH ! Ah c'est dégoûtant le guano de goéland.
- Là, un nid de un, il est bon, prenons le.»

Après une demi heure, nous avons ramassé une vingtaine d'oeufs.

«Nous allons rentrer , nous en avons assez et en plus la mer monte.»

La pêche aux pieds de couteau

Il est 2 heures du matin, la mer est basse, un beau clair de lune illumine la grande plage. Les conditions sont parfaites pour une bonne pêche. J'allume la torche et avance. A notre approche, les pieds de couteau lancent des jets d'eau.

«Allons vite les ramasser !

- AÏE ! j'ai marché sur un pied de couteau et je me suis fait très mal.

Pendant ce temps, papa en a ramassé un demi seau, mais il temps de rentrer car la mer remonte et aussi parce que j'ai mal.»

La voile

L'été, à Houat, Jean-Stéphane vient apprendre aux enfants à faire de la voile : du catamaran (JET 31) et du monocoque (Optimiste, 420, 470).

Un jour, je suis allé faire du catamaran avec le moniteur et mes frères. Ce jour là, le vent était fort, le catamaran allait vite et il s'est levé sur une coque.

Il fallait bien se tenir.